Les SESSAD

Les SESSAD : Service d’Education Spéciale et de Soins à Domicile

Ces services sont mis en place le plus souvent par des établissements spécialisés (Institut Médico-Educatif), mais peuvent l’être aussi par des associations travaillant auprès de personnes handicapées (APF, ADAPEI, ARIA, Sauvegarde 85 par exemple).

– Une partie du personnel de l’établissement est mise à disposition pour un suivi d’enfants scolarisés dans des écoles ordinaires et peut intervenir, suivant les cas, soit à l’école, soit dans le service, soit au domicile des parents.

– L’appellation peut être différente suivant la population destinataire : SSEFIS (service de soutien à l’éducation familiale et à l’intégration scolaire) pour les déficients auditifs – SAAIS (service d’aide à l’acquisition de l’autonomie et à l’intégration scolaire) pour les déficients visuels…

Ce type de prise en charge s’adresse à tout enfant qui connaît de grandes difficultés sur le plan soit comportemental, soit moteur, soit intellectuel, soit sensoriel, et qui continue de pouvoir bénéficier d’une scolarité classique.

– L’enfant est souvent suivi plusieurs fois par semaine par une équipe pluridisciplinaire (psychologue, orthophoniste, psychomotricien, éducateur spécialisé…).

– Après un bilan, l’équipe propose aux parents un projet de prise en charge. L’enseignant de l’enfant peut être invité à des réunions de concertation et de bilan.Ces prises en charge éducatives et thérapeutiques sont financées par la Sécurité Sociale.

– Lorsqu’un établissement pense qu’un élève pourrait en bénéficier, il est nécessaire qu’un dossier de demande de compensation du handicap soit constitué. Il est identique à celui qui est demandé lorsqu’un élève nécessite une orientation en établissement spécialisé et doit être examiné par la Commission Départementale pour les Droits et l’Autonomie des personnes handicapées (CDA) à la Maison Départementale des Personnes en situation de Handicap (MDPH), par le biais de l’équipe de suivi de scolarisation dirigée par l’enseignant référent du secteur. La CDA donne son accord pour une prise en charge financière (matériel et soins, etc.).

– Il sera constitué :

. d’une saisine de commission, signée des parents ;

. d’une feuille de renseignements sociaux ;

. d’une feuille de renseignements scolaires (remplie par l’enseignant de l’enfant) ;

. d’une feuille de renseignements psychologiques (bilan psychologique réalisé par le psychologue de l’éducation de la DEC) ;

. d’un avis de pédopsychiatre justifiant la nécessité d’un suivi en SESSAD (pour les SESSAD concernant les handicaps sensoriels ou moteurs, c’est l’avis d’un médecin spécialisé qui est demandé).

– Il fera l’objet d’un Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS).

– Le nombre de places dans chaque SESSAD est très limité (15 maxi de 3 à 12 ans ou de 6 à 20 selon les services); il est donc toujours souhaitable de penser à une alternative à cette solution. La prise de contact avec un SESSAD se fait par la famille.

Le service intervient dans les différents lieux de vie et d’accueil de l’enfant ( famille, garderie, école, loisirs…) individuellement ou en ateliers éducatifs et thérapeutiques ; il peut aussi intervenir au sein d’une école, dans une classe d’inclusion scolaire (CLIS).

En partenariat avec l’Education Nationale, le Service est créé dans le but de promouvoir l’intégration des enfants déficients intellectuels légers dans la communauté et de favoriser le développement de leur personnalité. Il apporte aide et soutien spécialisés aux enfants, familles, équipes éducatives. En fonction du projet personnalisé, différentes possibilités d’intervention :

– Auprès des enfants, aide éducative individualisée ou/et en groupe, rééducation orthophonique ou/et psychomotrice, en individuel ou/et en groupe, psychothérapie de soutien.

– Auprès des parents, échanges d’informations et de conseils, coordination, élaboration de projets personnalisés.

Les commentaires sont fermés